épistémologie de l'action

sciences de l'éducation et de la formation

Annaïg Lucas / Ana Igluka artiste et chercheur mène une recherche-action sur la participation en art. Première étape avec un article publié dans la revue Hommes&Liberté de la Ligue des Droits de l'Homme intitulé Art, participation et démocratie (juillet 2017). Deuxième étape avec un mémoire de Master 2 Ingénierie et fonction d'accompagnement en Sciences de l'éducation et de la formation intitulé Accompagner en art participatif.

 

Accompagner en art participatif

Forme de création artistique partagée entre «artiste» et «non-artiste», depuis l’œuvre interactive jusqu'à la création coopérative, l'art participatif interroge la valeur de la relation à l'art, brouille les anciennes hiérarchies culturelles et révèle des territoires esthétiques à explorer... Or, pour que la participation, acte social volontaire, ne se transforme en injonction à se conformer, il faut préciser le rôle spécifique de l'artiste participatif, qui n'est ni celui de l'art-thérapeute, de l'enseignant, ni de l'animateur... De cinq récits d'expériences de terrain, émerge un ensemble de valeurs et de techniques. Des postures et des principes ouvrent le chemin d'une éthique pour un art participatif, émancipateur et réciproque. Accompagner en art participatif entame une recherche sur la participation en art, dont l'ambition est d'ébaucher une grille d'évaluation qualitative et partagée des projets d'art participatif.

 

Synthèse à télécharger en PDF :

- publications, interventions -

Intervention sur l'évaluation de la participation, pertinence de la présence de l'artiste en médiathèque.

Forum Livre et lecture de Mobilis, 13 juin 2019.

https://www.mobilis-paysdelaloire.fr/agenda/5e-forum-du-livre-de-lecture

Intervention à titre du témoignage d'expérience autour de l'art participatif et de la démocratie culturelle pour la Ville de Saint Herblain

https://www.saint-herblain.fr/Actualites/Dialogue-citoyen/Place-publique-l-art-et-la-culture-avec-vous

Suite à une interview avec Vincent Priou, un article sur mon parcours d'artiste chercheure sur la revue numérique Tohu Bohu http://www.tohubohu-media.com/tag/annaig-lucas/

Je suis heureuse d'avoir été sollicitée pour un partage d'expérience dans le numéro 179 de la très belle revue de la Ligue des Droits de l'Homme Hommes&Libertés. Le titre : Art, participation et démocratie.

Lien vers l’achat du numéro 179

http://boutique.ldh-france.org/homme-et-libertes-numero-179.html

Pour en savoir plus voir les vidéos documentaire des projets de Créations Partagées:

Entre nos mains, récits de vie au Port Boyer de Nantes en 2014

Pays réel, pays rêvé à Nantes en 2017

Pour en savoir plus sur les Spectacles participatifs:

lethermogene.net

Expériences d'art participatif :

 

Spectacles participatifs disponibles :

Thé Poète spectacle interactif

Vin Fromage Poésie spectacle interactif

La ville imaginaire création audio-visuelle coopérative

Chamboule spectacle interactif

autres créations artistiques participatives

lethermogene.net

Création de spectacle vivant participative :

Entre nos mains, récit de vie : création de spectacle avec la Bouche d'Air au Port Boyer en 2014

Création partagée Ville de Nantes

Pays réel, pays rêvé : création de spectacle avec le réseau d'insertion sociale IS4 à Nantes en 205/17

Création Partagée Ville de Nantes

Matrimoine : récolte d'histoires de vie et travail photographique - 2019/2020, Nantes.

Entre terre et mer : création de spectacle avec SOS Paysans Sarthe et Mayenne - 2019 2020

Quand Édouard Glissant évoquait la fonction de poète, il disait :

"le poète est visionnaire, solitaire et solidaire, il dessine les contours de l'imaginaire commun..."

L'artiste solitaire, à la représentation bien connue: de l'image d’Épinal du poète dans sa mansarde aux précarités d'aujourd'hui. Et quand l'artiste se souhaite solidaire : qui est-il ?

La médiation par l'art, pourrait correspondre à ce caractère. Alors solidaire, est celui qui reste à l'écoute et à disposition d'autrui. Claudine Blanchard-Laville parle d'une "capacité négative" consistant à mettre son appareil psychique à disposition d'autrui, en parlant des personnes qui en accompagnent d'autres dans un processus d'autoformation...

Dans le cadre de la médiation artistique (Créations Partagées, ateliers de pratique artistique, spectacles participatifs...) des commanditaires demandent à un artiste, d'accompagner des "non-artistes" à s'exprimer par l'art. Sans garantir le résultat, sans se laisser évaluer par les chiffes, les actions de médiation artistique produisent des effets:

                       -  chaque participant parvient à mieux se connaitre soi-même, et autrui,

                       - s'éveille à une dynamique de changement de soi et de son environnement,

                       - s'émancipe en envisageant des chemins possibles et accessibles...

 

Parfois, l'alchimie ne prend pas, la médiation artistique ne fait que révéler des manques et des dysfonctionnements, c'est alors un terrain fertile de questionnement, qui doit arriver au bon moment.

Contrairement à l'art thérapie, à l'intervention d'éveil ou de formation artistique, au coaching artistique, ou encore à l'animation socio-culturelle, la médiation artistique ne demande rien à l'artiste, puisque aucun résultat n'est garantit. On demande à l'artiste de «venir» et non «d'intervenir», afin de produire "quelque chose", sans qu'on sache bien quoi...

Quel serait cet étrange dialogue qui engagerait l'artiste dans une demande jamais énoncée ?...

Parce que l'art est inutile, c'est bien connu, quelle pourrait donc être cette fonction de l'artiste ?

En finir avec les cycles mortels de la vie, les petites boucles étourdissantes contre lesquelles nous mettait déjà en garde Hannah Arendt dès les années 70. L'art créé la capacité de rupture et ouvre le cycle du monde...

Dans son métier, l'artiste développe 3 fonctions :

- la création : activité solitaire, mystérieuse et interrompue, fragile et insaisissable.

- la répétition : la fabrication de l'objet artistique qui sera exposé au final.

- l'exposition : la confrontation de sa création, de ses idées, de son identité à un public et le recueil des critiques. Les critiques nourrissent l'artiste qui s'en retourne à son atelier (à la création). La médiation (action culturelle, ou médiation culturelle...) est une extension de l'exposition, prolongeant la relation de l'artiste avec le public, et plus précisément avec des personnes. Une relation qui se décline sous de multiples formes, présentant des degrés d'implications des personnes très variés.

 

Ainsi se pose pour moi un passionnant terrain de recherche-action, au sein du Master ingénierie et fonctions d'accompagnement à l'Université de Tours :

                       - établir une nomenclature de cette relation entre des personnes : "artistes" et "non artistes" autour d'un projet de création artistique collective

                - identifier les effets sur les personnes engagées dans ce projet collectif et leur degré d'implication.

 

Avant toute chose, et pour parler très prosaïquement, il s'agit ici d'affirmer que l'artiste quelque soit le contexte et sa fonction, qu'il soit sur une scène ou dans un atelier de pratique, est avant tout un artiste. L'action culturelle, le possible développement du métier de médiation artistique, ne doit en aucune manière être imposé aux artistes. Cette activité doit s'afficher comme complémentaire de l'activité artistique professionnelle, extension du temps d'exposition publique et bénéficiant à ce titre du même système de couverture sociale.

© 2018 anaigluka

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now