En compagnonnage depuis plus de 10 ans avec Erwan Foucault / Cortazar et Samuel Baubry, Ana Igluka engage avec ce projet anciennement intitulé Resistenz, un hommage à la mémoire d'héroïnes invisibles.

 

Celles qu' Ana appelle "les licornes", des femmes aux destins oubliés et plus largement celles et ceux qu'Ellen Hertz mentionne comme "l'Autre" : le dominé, le vaincu.

 

Se sentant inadaptée dans un monde adorateur d'une croissance illimitée, Ana trouve refuge dans des histoires de vie rebelles, des images constructives, des personnalités identificatrices. Ainsi s'écrivent, d'ombre et de lumière, le fervent désir de vivre, le sens éblouissant de l'existence.